pré
La biomasse a sur toutes les autres ressources de la planète, par l’extraordinaire mécanisme de la photosynthèse, l’avantage de se renouveler périodiquement sans entamer son capital.
 
C’est de plus la ressource la mieux répartie à la surface de la terre.
 
En ces temps où les obligations en termes de développement durable et d’alternative énergétique sont devenues incontournable à tous les échelons de la décision économique et politique, la transformation de la biomasse agricole non alimentaire et sylvicole doit y jouer un rôle de premier plan. 
 
Il faudra pour ce faire que la Chimie et la biotechnologie de transformation de la biomasse non alimentaire, donc pour l’essentiel la lignocellulose, en énergie et produits du quotidien :
 
  • mette en œuvre des procédés de transformation écologiques et économiques, parfaitement non polluant et capables de s’adapter aux prix du marché.
  • élimine radicalement toute contribution à l’effet de serre.
  • favorise le développement local par le développement d’unités de transformation de taille raisonnable intégrant filières de production et de transformation. 
 
C’est dans ces conditions que les procédés de transformations industrielles des agro-ressources sur lesquels je travaille depuis plus d’un quart de siècle deviennent, comme nous le verrons dans les pages qui suivent, des opérations industrielles rentables et écologiques y compris avec un baril de pétrole à 50 €. 
 
Michel Delmas