CIMV,

la bioraffinerie

lignocellulosique

J’ai crée la société CIMV (Compagnie Industrielle de la Matière végétale) en 1998 avec Thiery Scholastique et Gérard Avignon, pour développer mon concept novateur de raffinage végétal.

La technologie CIMV constitue une rupture industrielle majeure, car elle est la seule au monde actuellement à pouvoir séparer, sans dégradation et sans risque pour l’environnement, les trois composants de la matière végétale que sont la lignine, la cellulose et les hémicelluloses.

Il aura fallu dix années de travail en laboratoire et la construction d’un pilote de démonstration industrielle (photo ci-dessous) pour mettre au point ce procédé, aujourd’hui en cours d’industrialisation.

Cette technologie unique permet de valoriser, à leur meilleur niveau, les trois principaux composants de la plante en trois produits intermédiaires destinés à l’Industrie :

Offre globale CIMV

La biomasse exploitée est non alimentaire et provient de coproduits agricoles tels que les pailles de céréales, les bagasses de canne à sucre, le sorgho sucrier, ou les plantes à fibres (chanvre, lin, canne de Provence, miscanthus) mais peut également s’appliquer aux bois feuillus.

Les produits CIMV se substituent à des commodités d’origine fossile entrant dans la composition de produits de la vie courante (panneaux de particules, peintures, solvants, ou encore aliments pour animaux).

Aujourd’hui, CIMV poursuit ses efforts dans l’application industrielle de son procédé à l’échelle mondiale.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le site web de la société : www.cimv.fr